Table
L'Oreille Acoustique
Généralités
L'oreille Externe
L'oreille Moyenne
L'Oreille Interne
La Voie Auditive
Notes

L’OREILLE INTERNE

L’oreille interne occupe au sein du rocher un complexe cavitaire qui loge et protège deux types d'organes sensoriels:
- les récepteurs qui renseignent sur les changements de position de la tête (fonction vestibulaire); et
- les récepteurs sensibles aux ondes générées par les vibrations sonores (fonction acoustique).

 

 


L'étude qui va suivre se limite à cette dernière fonction.

A partir de cette vue d'ensemble de l’oreille, nous décrirons
la structure acoustique en usant d'une représentation rès schématique tout en tenant compte de la disposition spatiale des éléments constitutifs.

 

fig.33

 

La coupe horizontale du rocher (fig.34') expose les cavités de l'orielle interne, emglobées dans le massif du labyrinthe osseux (Lo).
La Elles constituent un ensemble de cavités comprenant un sas central, le vestibule (V) qui communique en avant avec un canal hélicoïdal, la cochlée (C), et en arrière avec trois tunnels arqués, les canaux semi-circulaires. La paroi de l'ensemble est tapissée de périoste remanié, l'endoste.
La  paroi médiale de la caisse correspond au mur de séparation entre labyrinthe et oreille moyenne. Sa surface irrégulière par endroits occupés par des structures appartenant au labyrinthe:
- deux fenêres
(fig.20) obturées par des membranes, la fenêtre ovale (fo) haut située et la fenêtre ronde (fr) en-dessous.
- le promontoire (p), expression du premier tour de spire du canal cochléaire, sa voussure fait face à celle du u tympan ; 
- le canal semi-circulaire horizontal (ch) dont la courbure envahit l’aditus.

 

fig.34'

 

 

tig.20


ad: aditus / am : antre mastoïdien et son accès via l'aditus (ad) / Ant: paroi antérieure / Bf: bas-fond / C : Cochlée / cae : canal auditif externe / cai : canal auditif interne / ch : canal semi circulaire externe (horizontal)
cp : canal semi circulaire postérieur / cs : canal semi circulaire supérieur / fr: fenetre ronde / fo: fenetre ovale / lo: labyrinthe osseux / m: mur /
Med: paroi médiale / p : promontoire / Post: paroi poste / rieureta : trompe auditive / V : Vestibule

Les trois schémas suivants représentent le massif osseux renfermant les structures de l'orielle interne.
Le massif osseux trapézoide de la
(fig.36) est supposé transparent, laissant entrevoir les structures de l'oreille interne. En fait, ce bloc est surdimensionné; le volume réel est relativement plus réduit que celui du labyrinthe si on tient compte du déploiement des courbures des canaux semi-circulaires (fig.37) . En effet, chaque canal osseux forme une voussure qui saille dans l'espace mitoyen correspondant: la fosse temporale pour le canal supérieur, l'antre pour le canal postérieur et la caisse pour le canal horizontal (fig.38).

tig.36

 

 




tig.37

 

tig.38

 

Le Labyrinthe osseux

Dégagé de sa gangue pétreuse, le labyrinthe osseux aurait l'aspect schématisé par les figures (39 & 45) qui reflètent ses deux faces, latérale et médiale, observées côté caisse et côté conduit auditif interne. L’ensemble évoque une coquille comprenant :

fig.39 : Vue latérale = versant caisse

     
fig.45 : Vue médiale = versant conduit acoustique interne

Le vestibule osseux est le sas central, d'une demi-douzaine de mm de long ;
- sa paroi latérale est mitoyenne avec la caisse; elle est remarquable par la présence des deux fenêtres, ovale et ronde;
- le toit est parcouru en diagonale par le segment initial du canal du nerf facial (f);
- la paroi médiale comporte deux fossettes vestibulaires (fv) criblées d’orifices empruntés par des rameaux du nerf vestibulaire .
- le plancher recouvre une cavité dont le fond est occupé par la fenêtre ronde.

Les trois canaux semi-circulaires débouchent dans le pôle postéro-supérieur du vestibule.
- le canal latéral est horizontal (cho), sa courbure se déploie vers la caisse;
- le canal supérieur (cso) est perpendiculaire à l’axe longitudinal du rocher; tandis que
- le canal postérieur (cpo) lui est parallèle
.

Le canal cochléaire osseux (cco) est le prolongement antérieur du vestibule.
- son aspect latéral évoque un limaçon, fait d’un peu plus de deux tours et demi de spires. Le premier tour (t1) est particulièrement développé, sa voussure forme le
  promontoire qui saille dans la caisse.
- l’aspect médial est occupé par la fossette cochléaire (fc) qui constitue la fossette d'implantation d'une colonne osseuse centrale autour de laquelle s'enroulent les spires du canal cochléaire; sa base est percée d’orifices qui livrent passage aux filets du nerf acoustique. 


Le schéma suivant représente le rocher découpé verticalement dans le sens de son axe longitudinal; l
a coquille osseuse du labyrinthe a été vidée de son contenu membraneux. On reconnaît le vestibule osseux (Vo), sas central largement ouvert sur les trois canaux semi-circulaires en arrière, et sur le canal cochléaire ou limaçon en avant.

Concentrons-nous sur le limaçon dont l'enroulement est schématisé par un seul tour de spire. En fait, son enroulement hélicoïdal décrit un peu plus de deux tours et demi de spires autour de la colonne osseuse citée plus haut, ce qui donne à l'ensemble l'aspect d'une coquille d'escargot.

Sa lumière est partiellement subdivisée par une lame osseuse, la lame spirale (l s). en deux étages ou rampes :
-
l’étage supérieur est la rampe vestibulaire (rv), elle s'ouvre dans le vestibule ; tandis que
- la rampe tympanique (rt), sous-jacente, aboutit sous le plancher du vestibule dans une cavité obturée par la membrane de la fenêtre ronde.
Le diamètre du limaçon qui est de 3mm à la base va en diminuant progressivement jusqu’à l'apex où les deux rampes entrent en communication, point dénommé helicotrema (signalé sur la figure par un astérisque rouge).


fig.43


a b
: coupe transversale du canal cochléaire osseux / ac: aqueduc cochléaire / cho - cpo - cso : anaux semi-circulaires osseux (horizontal - postérieur - & supérieur) / ct: caisse du tympan
fo & fr: fenetres ovale & ronde / l s: lame spirale / m s: membrane spirale / L: limaçon / m: columelle / r t: rampe tympanique / r v: rampe vestibulairee


Ces cavités osseuses sont remplies de liquide dit périlymphatique au sein duquel baigne le labyrinthe membraneux. La composition de ce liquide est proche de celle du LCR, il est drainé hors du rocher à travers un minuscule canal dénommé aqueduc de la cochlée (ac) qui débouche dans la fosse occipitale.

 

 

 

Le présent schéma est une tranche de coupe sagittale de la cavité du limaçon. Sa lumière est subdivisée en deux étages par une cloison spirale ostéo-fibreuse dont la part osseuse est la lame spirale (l s) évoquée plus haut, elle est implantée, en pas de vis, sur la colonne centrale (**) ; elle se prlonge latéralement par la membrane spirale ou lame basale (l b) de nature fibreuse.
Le cloisonnement transversal de la lumière du limaçon sépare les deux ramlpes, vestibulaire (r v) et tympanique (r t).

 

 

 

fig.51

Le Labyrinthe membraneux

Les cavités du labyrinthe osseux abritent leur doublure molle qui en constitue la part membraneuse, celle-ci est représentée sous ses deux aspects latéral (fig.40b) et médial (fig.42 & 42a).

fig.40b : aspect latéral

 

fig.42 : aspect médial

fig.42a : implantation du canal endolymphatique

 

 

On note la similitude des deux labyrinthes, à deux exceptions près: le vestibule osseux contient deux sacs membraneux indépendants l'un de l'autre : l’utricule (u) où débouchent les trois canaux membraneux, et le saccule (s), connecté au tube cochléaire (tc).
L'aspect médial est remarquable par :
- la fossette cochléaire (2) qui occupe le centre de l'assise du limaçon, elle correspond à la base de la colonne autour de laquelle s'enroule le canal cochléaire. Elle est située au fond du conduit auditif interne; les orifices qu'elle porte livrent passage aux fibres du nerf acoustique ;
- l’implantation du canal endolymphatique (c) par deux orifices distincts (a / b) ; ce canal constitue l'unique communication, indirecte, entre saccule et utricule; il aboutit au sac endo-lymphatique (sel)
situé hors de rocher, dans les espaces sous-arachnoïdiens de la fosse cérébelleuse.

Remettons le labyrinthe membraneux dans sa coquille osseuse. On note :

- la réduction relative de ses dimensions ;
- l'espace intermédiaire entre les deux structures est occupé par le liquide péri-lymphatique qui se vide dans les espaces sous-arachnoidiens de la fosse postérieure par l'intermédiaire d'un canal dénommé aqueduc de la cochlée (ac) ;
- Saccule et utricule communiquent indirectement par le canal endolymphatique (c). Ce tube a l’aspect d’un Y inversé dont chaque bras s’ouvre dans une vésicule, la branche verticale quitte le rocher à travers l'aqueduc vestibulaire (av) et aboutit au sac endolymphatique (sel) logé dans la fossette unguéale au voisinage de l'orifice du conduit auditif interne.

On note également que:
- le tube cochléaire (tc) n'existe qu'au niveau de la rampe vestibulaire du limaçon. Il est en continuité avec le saccule par l'intermédiaire d'un minuscule canal d'union.
- les membranes obturant les fenêtres ovale et ronde constituent l’unique séparation entre deux milieux : liquidien du côté vestibulaire et aérien du côté de la caisse du tympan (ct).

fig.44

L’endolymphe remplit les cavités membraneuses. Elle constitue le milieu dans lequel baignent les récepteurs sensoriels. Sa composition ionique riche en  K+ le rapproche du milieu intracellulaire. Son site de sécrétion le mieux connu  est la strie vasculaire de l’organe de Corti que nous évoquerons plus loin; quant à sa résorption, elle a lieu au niveau du sac endolymphatique (sel) qui baigne dans les espaces sous-arachnoïdiens de la fosse cérébelleuse.

 

 

 

Mettons en place le tube cochléaire (ct) dans la rampe vestibulaire ; son aspect prismatique permet de distinguer :
- le plancher, il correspond à la membrane basale (m b) qui s'étend horizontalement du bord libre de la lame spirale (l s) à l'endoste du mur latéral;
- la membrane vestibulaire (de Reissner = m r) constitue la paroi supéro-médiale,  elle joue le rôle  d'une  barrière entre les liquides péri et endolymphatique;
- la paroi latérale est la strie vasculaire (sv), couche conjonctive adhérente à l’endoste ; sa richesse en capillaires en fait la principale source
de l'endolymphe.

fig.52

Le conduit auditif interne

Reprenons le schéma représentant la face médiale du labyrinthe osseux. Les trois fossettes qui y figurent occupent le fond du conduit auditif interne. La fossette cochléaire (fc) correspond à la base de la colonne autour de laquelle s’enroule le canal cochléaire. Les deux autres (f v) livrent passage aux fibres du nerf vestibulaire.
Le schéma de droite représente le conduit auditif interne isolé artificiellement du reste du massif pétreux.
Il est  orienté horizontalement et sensiblement dans le même sens que son homologue externe. Long d'une dizaine de mm et large de 4 mm, il s'ouvre dans la fosse postérieure. Le fond est en cul-de-sac obturé par une lamelle osseuse qui le sépare des cavités de l'oreille interne. Ce fond est remarquable par l'existence de deux paires de fossettes criblées de pertuis, ce sont :
  - la fossette cochléaire (f c) d'où sortent les fibres du nerf acoustique ; 
  - les deux fossettes vestibulaires (f v) supérieure et inférieure; et  au-dessus
  - la dernière (f), la plus réduite, livre passage au nerf facial (4) et à son intermédiaire (5).

 

fig.45

 

fig.46

 

Les éléments qui traversent ces fossettes se regroupent dans le conduit (1) où ils y sont à l’étroit, en compagnie du nerf facial, de son accessoire et des vaisseaux labyrinthiques (non représentés).
Les racines cochléaire (2) et vestibulaire (3) du nerf auditif, nettement distinctes au niveau des fossettes, elles se rejoignent et forment le tronc commun du VIII. Leur disposition au sein d’une gaine commune ménage une gouttière qui reçoit le complexe facial.