L’innervation du Membre Supérieur

Généralités

Le tissu nerveux est organisé en deux systŹmes, central et périphérique.  Ce dernier comprend les nerfs et les structures localisées dans les organes des sens, il est relié au systŹme central ou névraxe qui comprend le cerveau, le tronc cérébral et la moelle. Une des principales fonctions du systŹme consiste ą analyser et a intégrer  les informations recueillies au niveau des organes sensoriels, données sur la base desquelles la réponse motrice est élaborée, programmée et exprimée sous ses multiples aspects.

 

 Plexus Brachial

 

L’innervation des membres fait partie du systŹme périphérique. Schématiquement, il s’agit d’un réseau de nerfs d’aspect évocateur de ‘cČbles’ qui véhiculent dans un sens l’instruction motrice destinée ą la musculature, et dans l’autre sens l’information recueillie par des récepteurs sensitifs ou sensoriels qui renseignent sur l’environnement dans lequel le mouvement se déroule.

L’innervation du membre supérieur s’individualise au niveau de la molle cervico-thoracique. Les branches antérieures des nerfs qui s’en détachent s’organisent en plusieurs troncs dont l’enchevźtrement  constitue le plexus brachial. Les branches terminales de ce dernier  rejoignent les éléments vasculaires au niveau du carrefour situé dans le creux de l’aisselle.
_____________________________________________________________________________________________

Schéma d’ un segment de moelle et son cadre vertébral

Tout nerf rachidien (4) résulte de la confluence des deux racines, motrice (1) et sensitive (2). La boursouflure (3) de cette derniŹre correspond au ganglion spinal situé au niveau de l’isthme vertébral. Chaque nerf rachidien se scinde, dŹs son émergence, en deux branches, antérieure (a) et postérieure (p) destinées respectivement ą la musculature des régions ventrale et dorsale. Chaque branche est de nature mixte, faite de fibres, motrices et sensitives

 

 

 

 

 

 

Les racines antérieures des quatre derniers nerfs cervicaux et du premier thoracique (C5-C6-C7-C8-T1) établissent, dŹs leur apparition au bord latéral du rachis, un réseau anastomotique qui se résout dans la majorité des cas, au niveau cervical en trois troncs : supérieur (C5+C6), moyen (C7) & inférieur (C8+T1). Plus bas, chacun de ces troncs primaires se scinde en deux branches, antérieure & postérieure.

 

Organisation du réseau anastomotique 

a / p: branches antérieure & postérieure des troncs primaires.

TS / TM / TI : troncs primaires supérieur, moyen & inférieur.

TAL : tronc secondaire antéro-latéral / TAM : tronc secondaire antéro-médial / TP : tronc postérieur.

- Les troncs primaires sont identifiés d’aprŹs leur situation cervicale.

- Les troncs secondaires sont désignés en fonction de leur disposition au sein de l’aisselle par rapport ą l’artŹre axillaire.

 

 

La confluence des trois branches postérieures forme le tronc secondaire postérieur. Quant aux trois branches antérieures, leurs interconnexions créent deux troncs secondaires antérieurs, latéral et médial.  Les désignations de ces derniers se réfŹrent ą leur disposition par rapport ą l’artŹre axillaire.

Du point de vue fonctionnel, le tronc postérieur innerve la musculature assurant les mouvements d’extension & de supination ;

Le tronc antéro-latéral se distribue aux muscles flechisseurs et pronateurs dont l’opposition du pouce ; tandis que le tronc antéro-médial assure principalement l’innervation de la musculature intrinsŹque de la main.

 

 

 

 

 

 

1- Les branches collatérales

Outre quelques rameaux annexés aux muscles cervicaux, les principales collatérales innervent les muscles mobilisateurs de l’épaule ; elles se répartissent en deux contingents, antérieur et postérieur, destinés respectivement aux muscles pectoraux  (nerfs du sous-clavier, du grand & du petit pectoral) et ą la musculature péri scapulaire (nerfs du sus-scapulaire, sous-scapulaire, grand dorsal, grand rond, grand dentelé, angulaire et rhomboēde).

 ______________________________________________________

 

Collatérales du plexus brachial

Le trait bleu marque la frontiŹre entre les niveaux cervical & axillaire

Ang + Rh: nerfs de l'angulaire et du rhomboēde

GD: nerf du grand dorsal / G Dt : nerf du grand dentelé / GP: nerf du grand pectoral /

GR: nerf du grand rond / Ph: nerf phrénique / PP: nerf du petit pectoral /

SC: nerf du sous scapulaire / Sus Sc: nerf du sus scapulaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

2- Les branches terminales s’individualisent dans le creux axillaire ą la hauteur du croisement spatial du petit pectoral.

-  Le tronc postérieur  se divise en nerf radial et nerf circonflexe ;

- le tronc antéro-latéral se scinde en nerf musculo-cutané et racine latérale du nerf médian ;

- le tronc antéro-médial donne naissance ą la racine médiale du nerf médian, au nerf cubital et aux nerfs

  cutanés brachial et antébrachial.

__________________________________________________________________________

 

- a / b / c : troncs secondaires antéro-latéral, antéro-médial & postérieur.

    - a1 : racine latérale du nerf média / a2 : nerf musculo-cutané

    - b1 : racine médiale du nerf médian (M) / b2 : nerf cubital / b3 : nerf cutané brachial (brachial cutané interne)  / b4 nerf

             cutané antébrachial (accessoire )

    - c1 : nerf radial / c2 : nerf circonflexe.

 

 

 

File written by Adobe Photoshop® 4.0

 

 

 

 

 

 

 

Le Nerf Musculo-Cutané

Branche de bifurcation du tronc secondaire antéro-latérale, le musculo-cutané est le nerf de la flexion du coude et de la sensibilité des téguments latéraux de l’avant-bras. Il est l’élément le plus latéral du pédicule axillaire qu’il quitte en passant ą travers le muscle coraco-brachial (1). Il descend dans la loge antérieure du bras qu’il parcourt obliquement compris entre les muscles biceps (2) & brachial (3), traverse le sillon bicipital latéral (4) puis l’aponévrose antébrachial et se termine  devant le pli du coude par des rameaux (5) destinés aux téguments latéraux de l’avant-bras et du poignet.

Il se distribue aux muscles de la loge antérieure du bras, ą l’artŹre humérale, ą l’humérus et ą l’articulation du coude.

Les deux branches terminales sont sensitives, l’antérieure descend jusqu’ą l’éminence thénar, la postérieure ne dépasse pas le styloēde radiale.

 

 

 

Le nerf Médian

Nerf du systŹme de la préhension, le médian est issu de la fusion des racines issues des troncs secondaires antérieurs, ą la hauteur du bord inférieur du petit pectoral. Son trajet le rapproche de la ligne médiane au fur et ą mesure qu’il se dirige vers le canal carpien qu’il traverse, il se termine au talon de la paume de la main en un bouquet de rameaux moteurs et sensitifs.

Il est l’élément le plus antérieur du pédicule axillaire,  il repose sur l’artŹre axillaire; il est relativement éloigné des autres composantes, les nerfs cubital, les deux cutanés, la veine axillaire qui rećoit le tronc collatéral et le tronc radio-circonflexe masqué par l’artŹre.

 

 

 

 

 

Le tronc du nerf médian résulte de la confluence de contingents de fibres provenant des  troncs antéro-latéral & antéro-médial du plexus brachial.  Il est l’élément le plus antérieur du pédicule axillaire. Il repose sur l’artŹre, le musculo-cutané s’en éloigne et le cubital longe son flanc médial. Son trajet marque progressivement l’axe médian de l’avant-bras.

_________________________________________


ac : nerf accessoire (circonflexe)
/ AL / AM : troncs antéro-latéral & antéro-médial /

ca / cb : nerfs cutanés antébrachial & brachial / cub : cubital / med : médian / mc : musculo-cutané P : tronc postérieur /  rad : radial /

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- A la sortie du creux, les  éléments nerveux s’éparpillent progressivement, le nerf radial se dirige vers la fente huméro-tricipitale, le musculo-cutané disparait dans le coraco-brachial, et le cubital se rapproche de la cloison intermusculaire médiale qu’il va perforer et glisser derriŹre l’épitrochlée.

Ainsi, ą partir du tiers moyen du bras, le nerf médian est le seul tronc nerveux qui reste dans le canal brachial qui le guide jusqu’au sillon bicipital médial.

 

__________________________________________

 

1 / 2 : veine axillaire & canal collatéral

a / ax : nerf accessoire (circonflexe) / b & b’ : nerfs cutanés brachial  & antébrachial /

c : cubital / m : médian / mc : musculo-cutané / P : tronc postérieur / r / R : radial

 

 

 

 

 

Son long trajet reste confiné dans les loges antérieures du membre supérieur.

.

 



 

.

 

 

 

A son origine, il est appliqué contre la rainure séparant la paroi postérieure du creux de l’aisselle du coraco-brachial.

Il passe ensuite dans le canal brachial masqué par le biceps, puis croise le pli du coude au fond du sillon bicipital médial que recouvre partiellement l’expansion aponévrotique du biceps. Il y est accompagné de l’artŹre axillaire (devenue humérale au niveau du bras).

 

Le rapport du médian ą l’axe vasculaire est immédiat au niveau axillaire.

Plus bas, il est marqué par un double croisement, d’abord au bras oĚ il surcroise - selon un trajet en x  allongé - l’artŹre humérale, passant progressivement contre son flanc médial. L’autre contact a lieu au pli du coude, oĚ il enjambe l’origine de l’artŹre cubitale pour se rapprocher de l’axe antébrachial et devenir véritablement médian.

___________________________________________________________

 

.
1 : petit pectoral / 2 : infra scapulaire / 3 : coraco-brachial / 4 : tendon du gd pectoral & gd dorsal

 5 : brachial / 6 : biceps / 7 : cloison intermusculaire médiale / : 8 : sillon bicipital médial

 

 

 

 

 

 

 

Il amorce, ą partir pli du coude, un trajet en profondeur en passant ą travers la boutonniŹre du rond pronateur, puis s’engage sous l’arcade du fléchisseur superficiel et se dirige vers le poignet, compris dans la gaine de ce muscle.

 

- Au pli du coude, il surcroise l’origine de l’artŹre cubitale née de la bifurcation de la brachiale ą la hauteur de la tubérosité bicipitale.

L’exposition du fond du sillon bicipital médial met en en évidence le faisceau accessoire du muscle rond pronateur interposé entre le nerf médian et l’artŹre humérale avant leur passage sous l’arcade du fléchisseur superficiel des doigts. 

- Le médian et les deux terminales artérielles (radiale & cubitale) cheminent entre les deux plans musculaires superficiel & profond de la loge antérieure de l’avant-bras. Le nerf est collé contre la face profonde du  fléchisseur commun superficiel, ą égale distance de l’artŹre radiale et du pédicule cubital.

Plus bas, la résolution des masses musculaires en formations tendineuses le rend plus superficiel, intercalé entre les tendons des muscles palmaires et fléchisseurs,  c’est ą ce niveau que le médian est le plus exposé aux blessures.

____________________________________________________

 

ca : cubital antérieur / fcp & fcs : fléchisseurs profond & superficiel des doigts / gp : grand palmaire  /

LfI : long fléchisseur du pouce / pp : petit palmaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Enfin, Il traverse le canal carpien oĚ il est ą l’étroit, au contact  des tendons flechisseurs et de leurs gaines synoviales, principalement ceux du pouce et du médius

 

Le schéma de droite met en en évidence le tassement des éléments qui traversent le canal carpien. Le nerf est au contact des gaines synoviales dont l’inflammation est une des causes du syndrome neurologique du canal carpien.
    ___________________________________________________________

 

1 / 2 / 3 : tendons  des muscles grand palmaire, petit palmaire & cubital antérieur.
4 : section du ligament carpien mettant en évidence le contenu du canal.
5 : tendon du long fléchisseur du pouce / 6, 7 & 8 : tendons flechisseurs profonds  superficiels dans leurs gaines synoviales.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Outre les quelques rameaux destinés ą l’artŹre humérale et ą l’articulation du coude, les principales collatérales du médian naissent de son segment antébrachial, elles se distribuent aux muscles épitrochléens (ą l’exclusion du cubital antérieur), aux muscles fléchisseur commun superficiel, fléchisseur du pouce et les deux chefs latéraux du fléchisseur commun profond.

Le nerf interosseux antérieur se détache du médian dŹs son engagement sous l’arcade du fléchisseur superficiel, il chemine contre la membrane interosseuse en direction du squelette du carpe ; il fournit des rameaux aux deux os de l’avant-bras ainsi qu’au muscle carré pronateur.

Une ultime collatérale se détache du médian avant son passage dans le canal carpien, il s ‘agit du rameau cutané palmaire destiné aux téguments de la moitie latérale de la paume de la main.

 

__________________________________________________

 

1 : rond pronateur / 2 : grand & petit palmaire / 3 : fléchisseur superficiel des doigts/

4 : long fléchisseur du pouce et moitié latérale du fléchisseur profond des doigts/

5 : rameaux osseux / 6 : carré pronateur.

 

 

 

 

 

 

Le médian se termine a son émergence du canal carpien en un bouquet de rameaux dont la branche motrice destinée aux muscles de l’éminence thénare (ą l’exclusion de l’adducteur et du faisceau profond du court fléchisseur du pouce) et aux deux lombricaux latéraux.

 

En résumé, le médian est du point de vue moteur, le nerf de la pronation, de la flexion du poignet, et de la mobilisation du pouce dans le sens de l’abduction & de l’opposition. Il contribue par ailleurs ą la flexion des trois doigts latéraux.

 

____________________________________________

 

 

 

 

a : court fléchisseur du pouce engainant le long / b : opposant /  c : court abducteur

/ d : lombricaux latéraux

 

 

 

 

 

 

 

 

Les autres rameaux sont sensitifs, ils se distribuent aux téguments palmaires d’un peu plus de la moitié latérale de la main.

Chaque filet nerveux envoie - ą la hauteur de P1- une collatérale pour la face dorsale de l’extrémité du doigt correspondant.

 

Médian & cubital se partagent l’innervation des téguments palmaires de la main ; l’existence de rameaux anastomotique rend les limites de leurs territoires relativement floues.

 

                          

 

 

 

 

 

Le Nerf Cubital

Branche du tronc secondaire antéro-médial, le cubital est le principal nerf de la musculature intrinsŹque de la main. Son trajet le long du bord médial

du membre l’amŹne du creux axillaire au poignet oĚ il se termine en deux branches qui s’épanouissent dans la paume de la main.

 

 

 

 

 

 

.

 

 

Il se situe ą son origine en dedans des autres composantes du pédicule axillaire, tout contre les paroi médiale puis antérieure du creux de l’aisselle et ą l’aplomb du canal brachial qu’il parcourt jusqu’ą mi-hauteur du bras, perfore la cloison intermusculaire, passe dans la loge postérieure.

 

Le nerf cubital est une branche de subdivision du tronc secondaire antéro-médial du plexus brachial.    ac : nerf accessoire (circonflexe)  / al-am : troncs antéro-latéral & médial /  ca-cb : nerfs cutanées antébrachial & brachial / cub : nerf cubital / m : nerf médian / mc : nerf musculo-cutané /: tronc postérieur / rad : nerf radial

Il descend le long de la berge médiale des loges antérieures du membre supérieur, ą l’exception d’un court segment brachial qui passe derriŹre l’épitrochlée.Il passe sous l’arcade d’insertion du muscle cubital antérieur pour rejoindre la loge antérieure de l’avant-bras.

 

 

 

 

 

 

Il croise l’interligne articulaire du coude  dans un étui ostéo-fibeux derriŹre l’épitrochlée,  puis glisse sous l’arcade d’insertion du muscle cubital antérieur qui le recouvre, accompagné des vaisseaux cubitaux jusqu’au poignet.

 

 

 

Tout au long de son trajet, le cubital est accompagné d’éléments vasculaires dont

artŹres axillaire, humérale, cubitale

& récurrentes1 : pisiforme / 2 : tendon du cubital antérieur / pont fibreux latéral (canal de Guyon) / 4 : pont fibreux médial tendu du pisiforme ą l’os crochu / 5 tunnel fibreux du grand palmaire

Le  tronc du nerf cubital se termine ą la hauteur du pisiforme en passant sous l’expansion fibreuse latérale tendue entre ce dernier et le ligament annulaire. Il se scinde en deux terminales : la branche superficielle (s) véhicule la sensibilité des téguments médiaux de la main ; la branche profonde (p) , motrice, passe sous le pont fibreux médial qui l’oriente vers les plans musculaires palmaire profonds

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au delą - et contrairement au médian – le cubital n’emprunte pas le canal carpien pour atteindre la paume de la main, il le surcroise en passant en dehors du pisiforme, dans un tunnel fibreux (de Guyon), ą la sortie duquel il se divise en ses deux branches terminales.

 

- Ses collatérales issues de son segment antébrachial se distribuent :

- au muscle cubital antérieur et aux faisceaux médiaux du fléchisseur commun profond correspondant aux 4°  5° doigts ;

- un rameau cutané pour les téguments dorsaux de la main et des deux doigts & demi médiaux ;

- le rameau cutané hypothénar ; &

- des anastomoses avec le médian  et le radial respectivement ą la paume et au dos de la main.

                ___________________________________

 

Le tronc du cubital se scinde, des son émergence du canal de Guyon en deux branches terminales : superficielle (s / sensitive) & profonde (p / motrice).

Noter l’innervation sensitive de la moitie dorsale de la main, elle est assurée par le rameau cutané issu du tronc du cubital et non de sa branche terminale.

File written by Adobe Photoshop® 4.0

 

 

 

 

 

 

- Les deux terminales, dénommées superficielle & profonde, accompagnent les arcades vasculaires palmaires.

 

- La branche profonde, motrice,  passe sous le pont fibreux unissant pisiforme & unciforme puis sous le court fléchisseur du petit doigt et s’enfonce en profondeur jusqu’au contact du plan métacarpien, décrivant un trajet arciforme qui se termine au sommet du premier espace interosseux.

Le nerf -  accompagné de la branche palmaire de l’artŹre cubitale – se distribue ą la musculature hypothénar, aux deux lombricaux médiaux, aux muscles interosseux palmaires et dorsaux, au muscle adducteur du pouce et au faisceau profond du court fléchisseur du mźme doigt.

             ____________________________

* La branche profonde distribue un premier contingent de fibres ą la musculature  hypothénare (a) et aux deux lombricaux médiaux (b)  tendus chacun entre un tendon digital fléchisseur profond (f) et un  tendon extenseur (e).

* L’autre contingent de fibre est destiné aux muscles interosseux (c), et ą deux muscles thénars : l’adducteur  (d) et le faisceau profond du court fléchisseur du pouce (c’) qu’on peut assimiler ą un interosseux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- La branche superficielle véhicule la sensibilité des téguments du tiers médial de la paume, du 5° doigt et partiellement du 4°.

 

________________________________

 

L’innervation des téguments médiaux de la main  provient de deux sources bien distinctes :- un rameau collatéral se détache du tronc du cubital, contourne le poignet et se distribue aux téguments du territoire dorsal correspondant ;

 

 - le territoire palmaire est innervé par la branche terminale superficielle qui établit, par ailleurs, une anastomose avec le médian.

Le territoire sensitif du cubital comprend le tiers médial de la main.

 

 

 

 

 

 

 

 

File written by Adobe Photoshop® 4.0

 

 

 

Le  tronc secondaire postérieur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le tronc secondaire postérieur (P) est masqué en grande partie par l’artŹre axillaire. Il s’en dégage au point oĚ il se scinde en ses deux terminales : le nerf radial (r) et son accessoire, le nerf circonflexe (ac).

 

 

 

_________________________________

 

a : tronc postérieur / b : le nerf circonflexe quitte le creux axillaire par le quadrilatŹre huméro-tricipital / R : le radial se dirige vers la loge postérieure du bras n passant par l’interstice huméro-tricipital.

ac : nerf accessoire (circonflexe) /  AL : tronc antéro-latéral / AM : tronc antéro-médial /

ca ; nerf cutané antébrachial / ab : nerf cutané brachial / cub : nerf cubital / m : nerf médian / rad : nerf radial.

 

 

 

 

File written by Adobe Photoshop® 5.0

 

 

Le tronc radio-circonflexe repose sur la paroi postérieure du creux axillaire dont les constituants musculo-tendineux sont : le sous-scapulaire (1), le grand rond (2), le petit rond (3)  & le grand dorsal (4). L’écartement des deux ronds délimite une fente triangulaire qui constitue ą ce niveau, une voie de communication entre les loges antérieure et postérieure du bras. L’interposition du long chef tricipital  subdivise cette fente en deux interstices : le quadrilatŹre  huméro-tricipital (a) & le triangle omo-tricipital (b). Un 3° interstice, huméro-tricipital  sépare ce tendon de la diaphyse humérale.

Les deux nerfs, circonflexe & radial quittent le creux axillaire et passent dans la loge postérieure du bras ą travers  les interstices respectifs a & c.  Chaque nerf est accompagné d’un pédicule vasculaire.

 

 

 

Le nerf Circonflexe

 

 

 

 

La dénomination classique de nerf circonflexe reflŹte mieux le trajet circulaire autour de la métaphyse humérale.

 

 

1 : sous-scapulaire / 2 :deltoēde ampute de sa moitie proximale / 3 :radial / 4 : petit rond  / 5 : grand rond / 6 : long chef du triceps

 

 

 

 

 est la troisiŹme branche terminale du plexus brachial dont il constitue la composante la plus postérieure, étant masquée par l’artŹre axillaire. C’est la branche latérale du tronc secondaire postérieur, il est le nerf de l’abduction et de la sensibilité de l’épaule.

Il quitte le creux de l’aisselle - aprŹs un court trajet derriŹre l’artŹre axillaire - par le quadrilatŹre de huméro-tricipital, contourne le col de l’humérus par derriŹre et s’épuise dans les téguments du moignon de l’épaule aprŹs avoir fourni des rameaux sensitifs ą l’articulation et des rameaux moteurs aux muscles sous-scapulaire, petit rond et deltoēde

 

 

 

 

Le Nerf Radial

 

Principale branche du tronc radio-circonflexe, le radial est un nerf mixte, il innerve les muscles extenseurs et supinateurs ; son territoire sensitif couvre les téguments postéro-latéraux du membre supérieur.

 

 

Aspect latéral du membre supérieur.

En quittant le creux axillaire, Le radial  amorce son enroulement autour de la diaphyse humérale en suivant la gouttiŹre radiale, ce qui l’amŹne au voisinage du condyle externe ou il se scinde en ses deux terminales, antérieure (branche sensitive) et postérieure (branche motrice).

A l’origine, il est l’élément le plus postérieur du pédicule axillaire, caché par l’artŹre dont il s’éloigne progressivement. Il quitte le creux de l’aisselle par la fente huméro-tricipitale, passe dans la loge postérieure du bras qu’il parcourt en diagonale, plaqué contre le périoste de la gouttiŹre radiale ; il  est ainsi profondément  enfoui dans la masse musculaire du triceps. Le trajet en spirale l’amŹne au contact de la cloison intermusculaire latérale  qu’il perfore ą mi-hauteur du bras, pénŹtre dans le sillon bicipital latéral, glisse sur la capsule du coude et se termine ą la hauteur de la tźte radiale en deux branches, antérieure (sensitive) et postérieure (motrice).

 

 

Deux contingents de collatérales naissent du tronc du radial :

du segment brachial se détachent plusieurs rameaux destinés aux composantes du triceps ; tandis que du segment distal, enfoui dans la gouttiŹre bicipitale, naissent les collatérales innervant le long supinateur (1), les deux radiaux (2 / 3) & l’anconé (4).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

T1 / T2 : long chef & chef médial du triceps

Les quatre muscles : long supinateur (1), radiaux (2 / 3) & anconé (4) sont innerves par le segment distal du tronc du radial  enfoui dans la gouttiŹre bicipitale latérale,.

 

L’innervation des trois suivants : cubital postérieur (cp), extenseur commun (ec) & extenseur du petit doigt (ev) -  qui constituent la couche superficielle de la loge postérieure de

l’avant-bras - provient du segment initial de la branche terminale motrice.

 

 

 

Le segment initial de la branche motrice glisse entre les deux couches du court supinateur, décrivant autour du col du radius  un court trajet hélicoēdal qui l’amŹne dans la loge postérieure de l’avant-bras oĚ elle s’épanouit en rameaux destinés aux muscles extenseurs du poignet, des doigts et du pouce,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette derniŹre se fraie un chemin vers la loge postérieure de l’avant-bras en se glissant entre les deux faisceaux du court supinateur. Ce  trajet intramusculaire expose la branche motrice au risque de blessure en cas de fracture du col du radius.

 

 

 

 

 

 

 

Les deux faisceau du court supinateur sont innerves par le segment qui leur est contigu. Quant au segment distal, plus long, il descend dans la loge postérieure de l’avant-bras compris entre les deux couches musculaires. Il s’épuise la face dorsale du poignent. Il fournit  ainsi deux contingents de fibres destinées respectivement aux muscles de la couche superficielle (cubital postérieur, extenseur commun et extenseur du dernier doigt), et aux muscles de la couche profonde, mobilisateurs du pouce et de l’index.

 

____________________________________________

 

 

1 : Long supinateur/ 2 & 3 ; les radiaux / 4 : anconé

 

- couche musculaire superficielle :

a : cubital post2rieur / b : extenseur commun / c : extenseur du 5

- couche profonde :

d : long abducteur du pouce / e : court extenseur du pouce

       f : long extenseur du pouce / g : extenseur de l’index.

      : rameau articulaire

 

 

 

 

 

 

File written by Adobe Photoshop® 4.0 

 

File written by Adobe Photoshop® 4.0

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- La branche terminale antérieure est sensitive, elle descend collée ą la face profonde du muscle long supinateur jusqu’au tiers distal de l’avant-bras oĚ elle perfore l’aponévrose et s’éparpille dans les téguments latéraux du pouce, et dorsaux du premier espace interdigital; elle établit par ailleurs une anastomose avec un rameau sensitif provenant du cubital.

Quelques rameaux sensitifs se détachent segment brachial du radial, ils se destinent aux téguments postéro-latéraux du bras et du tiers proximal de l’avant-bras,  aux articulaires pour l’épaule et le coude, et aux muscles triceps, anconé, long supinateur et radiaux.

 

 

 

En résumé, le radial doit źtre défini comme le nerf des mouvements d’expansion du membre supérieur,  tout le contraire de ceux contrôlés par le médian, nerf des mouvements de repli (flexion, adduction & pronation) du membre supérieur. La dynamique liée ą ces deux nerfs nécessite une ertaine force d’exécution (préhension, défense...), ce qui n’est pas le cas du nerf cubital qui est un modulateur de la mécanique digitale quand il s’agit d’exécuter une tČche nécessitant finesse, délicatesse et précision.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les nerfs Cutanés Médiaux Brachial & Antébrachial

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces deux nerfs, dénommés classiquement brachial cutané interne et son accessoire, sont exclusivement sensitifs. Ils se détachent du tronc secondaire antéro-médial tout prŹs de la paroi thoracique. La dénomination moderne précise mieux leurs territoires.

La branche brachiale (accessoire du BCI) traverse l’aponévrose brachiale et se termine dans la peau de la face interne du bras.

La branche antébrachiale (Brachial cutané interne) descend dans le canal brachial jusqu’au voisinage du coude en rameaux destinés aux téguments  médiaux de l’avant-bras

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SynthŹse de l’innervation motrice du membre supérieur

 

 

 

Le tableau suivant illustre la répartition des différents groupes musculaires en fonction de leur appartenance aux systŹmes de repli (teinté en mauve) et d’expansion (teinté en bleu):

 

 

 

Epaule

Coude

Avant-Bras

Poignet

Doigts

Pouce

 

 

Abd

Add

R-ext

R-int

Flex

Ext

Supin

Pron

Flex

Ext

Flex

Ext

Event

Abd

Add

Opp

 

 

C5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C5

 

C6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C6

 

C7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C7

 

C8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C8

 

T1

 

 

 

 

 

 

 

T1

 

 

Abd

Add

R-ext

R-int

Flex

Ext

Supin

Pron

Flex

Ext

Flex

Ext

Event

Abd

Add

Opp

 

 

 

Epaule

Coude

Avant-Bras

Poignet

Doigts

Pouce