Le Nerf Cubital

 

Branche du tronc secondaire antéro-médial, le cubital est le principal nerf de la musculature intrinsŹque de la main..

 

20

Fig. 01

_________________________________

 

Le nerf cubital est une branche de subdivision du tronc secondaire antéro-médial du plexus brachial

 

 

 

Son trajet le long du bord médial du membre l’amŹne du creux de l’aisselle au poignet oĚ il se termine en deux branches qui s’épanouissent dans la paume de la main

 

Il se situe ą l’origine en dedans des principaux troncs nerveux , tout contre les parois médiale puis antérieure du creux axillaire et juste ą l’entrée du canal brachial qu’il parcourt jusqu’ą mi-hauteur du bras.

Il perfore ą ce niveau la cloison intermusculaire, passe dans la loge postérieure oĚ il longe le bord médial jusqu’au coude qu’il croise en glissant derriŹre l’épitrochlée (épicondyle médial).

 

Il passe sous l’arcade d’insertion du muscle cubital antérieur pour rejoindre la loge antérieure de l’avant-bras.

____________________________________

 

 

 

ac : nerf accessoire (circonflexe) 

AL : tronc antéro-latéral

AM : tronc antéro- médial

ca : nerf cutané antébrachial

cb : nerf cutané brachial

cub : nerf cubital

m : nerf médian

mc : nerf musculo-cutané

: tronc postérieur

rad : nerf radial

 

24

Fig. 02

 

 

 

 

 

 

 

23

 

Fig. 03 : Aspect postérieur du coude

 

 

 

 

 

 

 

Il croise l’interligne articulaire du coude dans un tunnel ostéo-fibeux dont le segment initial est protégé par l’épitrochlée,  puis il passe sous l’arcade d’insertion du muscle cubital antérieur accompagné des vaisseaux cubitaux. Il contourne progressivement le bord médial du cubitus pour passer dans la loge antérieure qu’il parcourt jusqu’au poignet en étant constamment au contact de l’os.

 

 

Tout au long de son trajet, le cubital est accompagné d’éléments vasculaires dont les artŹres axillaire, humérale, cubitale & récurrentes

 

 

 

 

 

Fig. 04

 

 

 

 

fig. 05

 

 

La figure 11 schématise la membrane fibreuse  (ligament carpien) qui recouvre la gouttiŹre carpienne. Son versant médial est rehaussé par le relief du pisiforme (1) sur lequel s’insŹrent : le tendon du muscle cubital antérieur (2)  et deux petites arcades fibreuses (3&4).

Le versant radial du ligament est dédoublé pour le passage du tendon du grand palmaire (gp), tandis que le  nerf médian (m) aboutit ą la paume en passant ą travers le canal carpien.

 

Contrairement au médian – le cubital n’emprunte pas ce canal atteindre la paume de la main, il le surcroise en passant en dehors du pisiforme, dans un tunnel fibreux (3),  le canal de Guyon), ą la sortie duquel il se divise en ses deux branches terminales :

 

-  la branche superficielle (s) est sensitive, elle chemine sous les téguments, elle véhicule la sensibilité des téguments médiaux de la main ;

- la branche profonde (p), motrice, emprunte  l’arcade médiale, s’enfonce en profondeur  sous le plan musculaire hypothénar et interosseux.

 

 

fig. 06

 


 

 

29

fig. 07

 

 

 

 

 

 

- Ses collatérales issues de son segment antébrachial se distribuent :

- au muscle cubital antérieur et aux faisceaux médiaux du fléchisseur commun profond correspondant aux 4°  5° doigts ;

- un rameau cutané pour les téguments dorsaux de la main et des deux doigts & demi médiaux ;

- le rameau cutané hypothénar ; &

- des anastomoses avec le médian  et le radial respectivement ą la paume et au dos de la main.

                ___________________________________

 

Noter l’innervation sensitive de la moitie dorsale de la main, elle est assurée par le rameau cutané issu du tronc du cubital et non de sa branche terminale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cubital-10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fig. 08

 

 

La branche profonde, motrice,  passe sous l’arcade tendue entre pisiforme & unciforme, puis sous le court fléchisseur du petit doigt et s’enfonce en profondeur jusqu’au contact du plan métacarpien, décrivant un trajet arciforme qui se termine au sommet du premier espace interosseux.

Elle innerve:

- la musculature hypothénar,

- tous les muscles interosseux,

- les deux lombricaux médiaux,

- le muscle adducteur du pouce, et

- le faisceau profond du court fléchisseur du mźme doigt.

 

fig. 09

 

 

 

 

 

fig. 10

 

a : musculature hypothénare / b : muscles lombricaux médians, reliant les tendons fléchisseurs (f) au tendons extenseurs (g) des deux derniers doigts / c : muscles interosseux palmaires

c’ : faisceau profond du court fléchisseur du pouce (1° interosseux palmaire) / d : interosseux dorsaux / e : muscle adducteur du pouce

 

 

 

 

 

 

 

29

fig. 11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- La branche terminale superficielle véhicule la sensibilité des téguments du tiers médial de la paume, du 5° doigt et partiellement du 4°.

 

________________________________

 

L’innervation des téguments médiaux de la main  provient de deux sources bien distinctes :- un rameau collatéral se détache du tronc du cubital, contourne le poignet et se distribue aux téguments du territoire dorsal correspondant ;

 

 - le territoire palmaire est innervé par la branche terminale superficielle qui établit, par ailleurs, une anastomose avec le médian.

Le territoire sensitif du cubital comprend le tiers médial de la main.